Le Carrousel des Mondes Marins

 

Le 15 juillet prochain, sur la pointe Ouest de l’Île de Nantes, à l’endroit le plus maritime de la ville, le Carrousel des Mondes Marins ouvrira ses portes au public. Embarquez pour un voyage extraordinaire au cœur du royaume de Neptune et Poséidon.

Le Carrousel des Mondes marinsLe Carrousel des Mondes marins. / Patrick Garçon

Sur le site des anciens chantiers navals de Nantes, Le Carrousel des Mondes Marins, acte 2 du projet des Machines de l’Île de Nantes, se dresse telle une figure de proue affrontant fièrement le vent du large.
Né de l’imagination de François Delarozière, le directeur artistique de la Compagnie La Machine et de Pierre Oréfice, co-auteur et directeur d’exploitation des Machines de l’Île, Le Carrousel des Mondes Marins est un projet extraordinaire. « Incroyable machinerie de 25 m de haut et de 22 m de diamètre mêlant l’univers de la mer et les arts forains, le carrousel est formé de 3 manèges empilés les uns au-dessus des autres. Peuplés de 35 machines fantastiques, ces manèges dépeignent la mer dans tous ses états, depuis les fonds marins jusqu’à la surface des mers, en passant par les abysses », explique François Delarozière.

Les fonds marins sont le domaine du Crabe Géant, du Calamar à Rétropropulsion et du Bathyscaphe. Dans les abysses, la Raie Manta, le Luminaire des Grands Fonds ou le Poisson Pirate sont suspendus, comme entre deux eaux. Enfin, sur la surface de la mer, à 8 mètres au-dessus du sol, Le Bateau Tempête, le Mérou à Livarde, l’Attelage des mers et le Carrosse pour Dames voguent paisiblement malgré les vagues et les algues mécaniques.
Méduses et pêcheurs 
Dès le 15 juillet, toutes ces étranges créatures prendront à leur bord des vieux loups de mer et des marins d’eau douce. En tout, 85 personnes pourront embarquer sur l’une de ces montures tandis que plus de 200 autres pourront déambuler sur les coursives pour admirer le ballet de ces animaux marins. « Faits surtout de bois, d’acier, de cuir, et de verre, tous les éléments s’intègrent parfaitement au Carrousel, dont l’esthétique est très éloignée de l’épure. Dans le manège, les matières sont brutes, uniquement relevées par de petites touches de couleur, et l’ornement, plus animal que végétal, est omniprésent. Poissons, méduses et algues sont ciselés sur les garde-corps, les contremarches et les coursives », détaille François Delarozière.
De magnifiques frontons ornent la base du chapiteau rouge qui surplombe le Carrousel. Illustrés dans un esprit baroque et très coloré par Stéphan Muntaner, l’affichiste des Machines de l’Île depuis 2007, ils représentent des animaux marins et des pêcheurs. Le Carrousel des Mondes Marins est un véritable émerveillement qui, comme toute merveille, ne s’est pas fait en un jour. « Il a nécessité plus de 250 000 heures de travail, dont plus de la moitié a été réalisée par les constructeurs de la Compagnie La Machine, souligne Pierre Oréfice. Pendant plus de 3 ans, 60 ferronniers, menuisiers, sculpteurs, décorateurs et autres soudeurs ont apporté leurs savoir-faire à cette œuvre d’art. Grâce à eux, la métropole nantaise est dotée d’un équipement culturel et touristique unique au monde qui, avec le Grand Éléphant, devrait attirer 500 000 visiteurs par an. »
Carole Paquelet

source: nantesmetropopole.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 910 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :